Archive de la catégorie ‘architecture’

La Fondation de Timgad

Lundi 6 juillet 2009

timgad.jpgLa Fondation de Timgad

Créée en l’an 100 de notre ère par l’Empereur Trajan pour les vétérans de la Légion mais aussi pour les citoyens, Timgad nous dévoile le mode d’existence des Romains et son attrait pour les Berbères.

http://www.dailymotion.com/video/x8vu0s

Djamâa Ketchaoua

Jeudi 7 mai 2009

mosqueeketchaoua21.jpgDjamâa Ketchaoua

Au pied de la Casbah et au bout de la rue Bab Azoun, ce monument d’architecture mauresque veille du haut de ses deux minarets sur la médina (la ville).

Bâtie vers 1612-1613 sous l’empire ottoman, elle est reconstruite et agrandie vers 1794 par le Dey Hassan.

ketch10.jpg

Une légende algéroise raconte qu’elle doit son nom à son ancienne fonction de bergerie, en effet, ‘Ketchaoua’ viendrait de ‘kech’, terme usité pour faire avancer les chèvres.

Dès l’occupation française, elle est convertie en église catholique. Elle fut inaugurée en tant que telle le 25 décembre 1832 pour la messe de Noël. A cette occasion, le Muphti écrivit au duc de Rovigo : « Notre mosquée changera de culte sans changer de maître. Vous pouviez vous emparer de ce temple, vous ne l’avez pas fait. Loin de là, vous nous l’avez demandé…  » .

 

photo13895160308120234.jpg

Transformée en Cathédrale St Philippe en 1845, l’édifice religieux connaît de nombreux aménagements jusqu’en 1860, période durant laquelle les architectes se succédaient pour démolir les travaux des prédécesseurs.

D’importants travaux d’agrandissement sont entrepris de 1853 à 1860, la mosquée initiale n’occupa plus que le chœur de la cathédrale. Elle perdit alors tout son style oriental pour adopter une imposante architecture baroque très différente de celle des mosquées et constructions avoisinantes. 

Dès l’indépendance en 1962, Djemâa Ketchaoua retrouve sa vocation originelle et voit son retour à la religion musulmane sans subir pour autant de nouveaux travaux d’aménagement.

Surprenant mélange romano-byzantin et turco-arabe, Djamâa Ketchaoua témoigne plus que toute autre mosquée des bouleversements qu’a connus la ville d’Alger ces quatre derniers siècles; elle relate en outre la présence  des corsaires et des turcs.

Au centre d’un quartier commerçant très animé, Djamâa Ketchaoua est aujourd’hui la mosquée qui nous parle le mieux de l’histoire d’Alger et de l’héritage des cultures brassées autour du bassin méditerranéen.

algeria456.jpg

La Casbah

Lundi 23 février 2009

alger20casbah.jpgLa Casbah

La Casbah proprement dite est une forteresse bâtie à Alger au XVIe siècle, à l’époque ottomane. Entre cette forteresse et le front de mer et sur un site accidenté se sont développé des habitations majoritairement à étages devenu plus tard la vieille ville d’Al-Djazair qu’on a appelé plus tard Casbah par extension.

Les caractéristiques les plus marquantes de la Casbah qui lui donnent tout son charme, sont le terrain lui même qui est accidenté et en pente (118 mètres de dénivellation), les rues tortueuses qui nous renvoient dans un Alger mystérieux et magique d’un autre temps et l’architecture extérieure et intérieure des maisons. Ces dernières étant caractérisées par une cour intérieure carrée avec une petite fontaine, autour de laquelle est organisée toute l’habitation. La pente est tellement raide dans la partie haute de la Casbah que la plupart des ruelles sont en escaliers.

Les remparts qui protégeaient la casbah ainsi que le haut et le bas de la cité ont aujourd’hui disparu.

Les experts admirent le prodige architectural qu’offre le spectacle de maisons enchevêtrées sur un plan très incliné, s’appuyant les unes contre les autres depuis des siècles.

La Casbah est classée, depuis décembre 1992, patrimoine mondial par l’UNESCO.

http://www.dailymotion.com/video/k6U3S7agmA350UlXkH

12345...7