Les « écoles gourbis »

ac1a.jpgLes « écoles gourbis »

La question scolaire

En 1881, l’Algérie fut intégrée directement à la France et fut divisée en trois départements: Alger (54 861 km²), Oran (67 262 km²) et Constantine (87 578 km²), auxquels s’ajouteront plus tard les Territoires du Sud (1 981 750 km²). Tout le territoire fut rattaché au ministère français de l’Intérieur et dirigé par un gouvernement général. Au moment de la promulgation des lois scolaires de 1881 et 1882, Jules Ferry, qui désirait en réalité l’assimilation des musulmans par l’école, tenta en vain de généraliser leur scolarisation, mais les colons européens lui opposèrent un refus catégorique en criant : «Autant abandonner l’Algérie!»

ac3a.jpgEn général, les Arabes fréquentaient leurs écoles coraniques en arabe dans un système d’éducation parallèle. L’éducation autochtone était financée par les collectivités locales, non par le pouvoir central. Lorsque les Français proposèrent aux Algériens un enseignement financé par l’État, ces derniers trouvèrent l’offre suspecte, car ils associaient cette éducation à une «opération d’évangélisation».  À partir de 1870, l’enseignement traditionnel arabe suscita l’hostilité des colons européens qui les appelèrent «écoles du fanatisme». Les Arabes perçurent ce comportement comme un refus de leur droit à l’éducation, une atteinte à leur intégrité culturelle et à leur religion. La réaction des Arabes fut de refuser d,envoyer leurs enfants dans les écoles françaises publiques. D’ailleurs, voici ce qu’en pense l’historien algérien Mohammed Harbi (dans La guerre commence en Algérie, 1984):

« A l’encontre de ce qui s’est passé en Tunisie et en Égypte, les Algériens ne cherchent pas, pendant plus d’un demi-siècle, à s’approprier les secrets du vainqueur. Les rares éléments qui prennent le chemin des écoles françaises sont considérés par la grande masse comme des renégats, tombés dans le  »piège tendu à leur ethnie et à leur religion ».

ac2a.jpgLa République finit par capituler et renonça à la scolarisation massive des musulmans, mais créa pour eux les «écoles gourbis» avec un programme spécial, un instituteur spécial et un diplôme également spécial. Par exemple, les maîtres affectés dans les bleds algériens devaient enseigner, mais il leur fallait aussi être cuisiniers, maçons, menuisiers, médecins (ou vétérinaires), jardiniers et conseillers agronomes pour les adultes, puis secrétaires et écrivains publics. La seule innovation: l’introduction de la langue française. Mais le français ne s’est pas répandu beaucoup chez les petits Arabes, car ce sont les Français de souche et les étrangers assimilés qui ont profité de l’enseignement public en français. Il faut dire aussi que les Européens ne se sont pas montrés très enthousiastes à dépenser des fonds publics pour «instruire les indigènes». Le nombre d’enfants arabes scolarisés en français fut si minime qu’un haut fonctionnaire pouvait déclarer en 1880: «Nous avons laissé tomber l’instruction des indigènes bien au-dessous de ce qu’elle était avant la conquête.» Voici un autre témoignage: «L’Arabe, en 1830, savait lire et écrire. Après un demi-siècle de colonisation, il croupit dans l’ignorance» (cité par M. Lacheraf dans L’Algérie, nation et société, 1978).

Une réponse à “Les « écoles gourbis »”

  1. Alice dit :

    vous dites « La République finit par capituler et renonça à la scolarisation massive des musulmans, mais créa pour eux les «écoles gourbis» » mais vous ne citez pas la date de la création de ces écoles, la connaissez-vous ? merci de votre réponse !

Laisser un commentaire