Harki, entre totem et tabou

222500001001.jpgHarki, entre totem et tabou : Désastres et trouvailles d’une histoire collective refoulée et traumatique

Pratiques psychologiques,Volume 13, numéro 4

pages 443-457 (décembre 2007)

A partir d’investigations de terrain menées en France et en Allemagne, la comparaison de la présence Harkie en France à un retour du refoulé éclaire le rapport de complémentarité entre processus inconscients et pratiques sociales. La (re)construction de l’histoire collective et personnelle rend compte des effets de l’interdit du fratricide et de la référence à un mythique ancêtre commun dans la formation de l’identité et du sujet. Via le transgénérationnel, les représentations de l’ethnicité donnent le Nous Harki pour être un organisateur psychique agissant comme mécanisme de défense du moi. Au croisement de l’individuel, du communautaire et de la subjectivité, de la réalité psychique et de la réalité sociale, ce matériel culturel participe au dépassement du traumatisme collectif et/ou individuel, ici la guerre d’Algérie.

Une réponse à “Harki, entre totem et tabou”

  1. Xfr dit :

    Tip top ! Merci :)

    http://www.xfr.fr

Laisser un commentaire