• Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

Archive pour janvier 2009

Salah Hamouri, emprisonné en Israël

Mercredi 28 janvier 2009

Deux poids deux mesures.

salahhamouri.jpgSalah Hamouri, citoyen français injustement emprisonné en Israël.

M Jean-Claude LEFORT, Député Honoraire mène une campagne pour la libération de Salah HAMOURI, citoyen français injustement emprisonné en Israël.



Rencontre entre M. le Président de la République et M. Noam SHALIT

A : Le Président de la République recevra, mardi 27 janvier 2009 à 17H30 au Palais de l’Elysée, M. Noam SHALIT, père du soldat franco-israélien Gilad SHALIT, retenu en otage depuis plus de deux ans. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des efforts constants du chef de l’Etat pour obtenir la libération de notre compatriote. L’action du Président SARKOZY a notamment permis en septembre dernier, par l’intermédiaire de la Syrie et du Qatar, la remise à Gilad d’une lettre de son père, pour la première fois depuis le début de sa détention.

B : Dans le même temps nous apprenions que la demande formulée, avant la fin de l’année dernière, par les parlementaires français d’être reçus par Nicolas Sarkozy pour évoquer le cas de Salah Hamouri venait de recevoir une réponse négative. Le Président de la République faisant savoir par son Chef de Cabinet que son emploi du temps ne lui permettait pas de les rencontrer.



(copie de la lettre) Monsieur Nicolas Sarkozy
Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS

Paris, le 1er décembre 2008

Monsieur le Président de la République,

Le 15 septembre dernier, Madame Denise Guidoux-Hamouri, française vivant à Jérusalem, s’est rendue en France afin d’alerter les autorités et l’opinion publique sur la situation que traverse son fils. Salah, citoyen français, est incarcéré depuis mars 2005 en Israël et condamné à sept ans d’emprisonnement par un tribunal militaire.

Avec le soutien d’associations et d’élus, dans leur grande diversité, cette femme se bat avec courage depuis plus de 3 ans pour obtenir la libération de son enfant et démontrer son innocence.

Un comité de soutien a, d’ailleurs, été créé afin que cette femme, désemparée, puisse se faire entendre et ainsi mieux éclairer le drame et l’injustice qui frappe Salah, ce jeune étudiant de 23 ans.

Aujourd’hui et en dépit d’une rencontre avec Bernard Kouchner, ministre des Affaires et étrangères en février 2008, sa requête ne semble aboutir.
C’est pourquoi, Monsieur le Président, nous avons l’honneur de solliciter votre bienveillance. En effet, nous souhaiterions que vous puissiez recevoir, dans les meilleurs délais, une délégation représentative de ces parlementaires présents dans ce large comité de soutien.

Dans l’attente d’une réponse positive de votre part, nous vous remercions, Monsieur le Président, de l’attention que vous pourrez porter à cette lettre, et vous prie d’agréer l’expression de notre très haute considération.

Pour les Parlementaires, Membres du Comité de soutien

Michelle DEMESSINE Monique CERISIER-BEN GUIGA

Communiqué du Bureau National de l’UJFP, le 17 avril 2008

Salah Hammouri est-il un citoyen français de seconde zone ? Ne mérite-t-il pas que « Paris se mobilise pour lui » ? 

Alors que le gouvernement français cherche à démontrer qu’il défend ses citoyens où qu’ils se trouvent dans le monde, il abandonne Salah Hammouri à l’arbitraire de la justice coloniale des tribunaux militaires d’exception, dans les Territoires Occupés Palestiniens.

Salah Hammouri a en effet le tort d’être à la fois citoyen français et palestinien. Or la politique de soutien inconditionnel à Israël adoptée par le gouvernement français fait qu’il refuse d’agir pour la défense de Salah, jouant justement sur cette double nationalité. De la même manière il refuse d’intervenir et de condamner les innombrables violations des droits humains commises par Israël.

Salah Hammouri a déjà effectué 3 ans de prison pour un seul délit d’intention ! Il aurait fait partie d’un groupe cherchant à attaquer une personnalité religieuse israélienne. Aucune preuve n’a été apportée sur cette intention ni pendant ses trois ans de détention administrative ni lors de son procès le 10 avril. Le délit d’intention n’existe dans aucun pays démocratique. Salah a du accepter le « plea-bargain »* lui proposant 7 ans de prison, pour éviter le verdict plus dur encore qui lui était promis. Il vient d’être condamné à 7 ans de prison ferme plus deux ans de mise à l’épreuve. Il lui reste donc 4 années de prison à effectuer, pour quel délit ? Ce type de procès est un déni de droit.

Le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner que l’UJFP a plusieurs fois saisi, s’est jusqu’ici contenté de regretter que son procès soit toujours remis, et de promettre d’agir pour qu’il ait lieu. Il n’a jamais exigé auprès de ses interlocuteurs israéliens la libération de Salah. Le résultat, c’est une condamnation très lourde et totalement injustifiée. Le sous-entendu de cette position étant que s’il y avait procès ce procès serait juste, Israël étant un Etat de droit.

Tel n’est pas le cas : Aujourd’hui des milliers de Palestiniens, hommes femmes et enfants sont aujourd’hui retenus dans les prisons israéliennes, le plus souvent sans preuve, sans acte d’accusation, donc sans procès parfois pendant des années. Beaucoup parmi eux sont ou ont été soumis à la torture… Leur seul tort, comme Salah, est d’être Palestiniens.

A une justice israélienne à deux vitesses, correspondrait-il ainsi une politique française à deux vitesses : intervenir pour des soldats de l’armée israélienne d’occupation faits prisonniers lors d’opérations militaires, parce qu’ils sont franco israéliens, et abandonner le civil Salah Hamouri parce qu’il est franco –palestinien ? Tous les hommes et les femmes engagés dans le combat pour le respect des droits doivent exiger -au nom des principes du droit- égalité de traitement et protection de tous les citoyens français par leur gouvernement. Ensemble, nous devons agir pour que le gouvernement français défende Salah Hammouri contre l’arbitraire comme il défend d’autres citoyens français pris en otage dans le reste du monde.

Jamais le gouvernement français n’a rendu public le fait qu’un citoyen français croupisse dans les geôles israéliennes. La conspiration du silence dont se rendent complices les media français doit cesser. Le cas de Salah Hammouri doit être évoqué au même titre que ceux de tous les otages français. Nous voulons voir le portrait de Salah Hammouri devant les mairies de France et l’hôtel de ville de Paris à côté des autres otages français à l’étranger. Il doit être clair pour le gouvernement français qu¹être franco- palestinien n¹est pas un crime passible de 7 ans de prison.

L’UJFP demande immédiatement à rencontrer le ministre des Affaires étrangères pour exiger une intervention urgente du gouvernement afin que cesse cette mascarade de justice et que notre concitoyen Salah Hammouri soit libéré. *plea bargain : procédure de compromis proposé avant le verdict, héritée du droit anglo-saxon.

Quand Hollywood se mobilise

Mercredi 21 janvier 2009

Quand Hollywood se mobilise

http://www.dailymotion.com/video/k3nDwgq9AYzYRzPmnV

La solution finale

Mardi 20 janvier 2009

heydrich.jpgLes nazis adoptent la solution finale

20 janvier 1942

La conférence de Wannsee près de Berlin réunit quinze hauts responsables nazis et des officiers SS sous la présidence de Reinhard Heydrich, chef des services secrets allemands. La réunion a pour objectif de débattre sur « la solution finale de la question juive ». Il est décidé que les juifs d’Europe en état de travailler seront transférés dans des camps de travaux forcés. Pour ceux incapables de travailler, l’élimination pure et simple est décrétée. Certains camps seront bientôt essentiellement consacrés à cette extermination de masse : Belzec, Sobibor, Treblinka puis Auschwitz. Le génocide du peuple juif est clairement amorcé. Plus de 6 millions d’entre eux périront dans les camps de la mort.

12345...13